en attendant

Repost aus meinem ersten Blog „Realities“ von
Saturday, April 8, 2006, 11:47 AM

On bavardait dans un café
Quand tes mots tendres soufflés
M’ont pris du réalité
Et maintenant c’est fini

La tendresse dans tes yeux
Ton coeur en feu, puis avec eux
Comme c’était merveilleux
Je me sentais si bien

Je rentre chez moi
Pour se mettre aucun bras
Toute devient sombre
Comme dans ma chambre

C’était quand t’es parti
Que j’ai vue toute ma vie et compris
Mon âme est emprisonnée
Et tu es la clé

Kommentieren